En route vers la pleine conscience [ FR ]

Pourquoi suis-je ici? Seul? Dans un temple bouddhiste? En Thaïlande, pour la énième fois?

Ces questions on me les a posées maintes et maintes fois avant mon départ et a chaque fois j’étais évasif, je répondais que j’allais séjourner dans un temple quelques jours par simple curiosité, “pour voir comment c’est”…

C’est le lendemain de mon arrivée au temple Wat Sanghatan non loin de Bangkok qu’un petit être surnommé Le docteur allait me reposer ces questions : “Pourquoi es-tu ici? Dans ce temple en particulier? En Thaïlande et pas dans un autre pays? A cette période et pas a une autre?”. La réponse me paraissant évidente, je lui répondrais : “Bah parce que j’aime bien ce pays et que j’étais curieux de voir comment était la vie dans un temple. Et puis à cette période parce que je n’avais pas le temps à un autre moment…”. Il sourit et me dit : “Ceci est la réponse qui te parait être la plus raisonnable pour te convaincre toi-même et ceux qui t’entourent. Mais quand tu auras su questionner ton esprit, alors tu auras la vrai réponse à ce pourquoi tu es ici…”.

≈  Wat Sanghatan  ≈

Après avoir mangé la tartiflette de l’année chez Matmat la veille de mon départ, passé une soirée de débauche avec mes potes de Kuala Lumpur, prit trois avions, m’être planté sur la localisation du temple et avoir passé 1h30 dans les bouchons à Bangkok, j’arrive enfin à ma destination finale, le monastère Wat Sanghatan. Je suis sur le parking et j’avoue être un peu stressé à l’idée de n’avoir aucune idée de ce dans quoi je m’embarque. Du coup je mange un Snickers aux amandes, je fume une dernière clope et j’y vais.

P1020031Je rentre dans l’enceinte du temple, je me perds et je comprends vite d’après le regard des gens qu’ils n’ont pas l’habitude de voir un grand blond et son gros baluchon arpenter les allées de leur lieu sacré. Dans les premiers instants j’ai l’impression d’être dans un hôpital psychiatrique car tout le monde est vêtu d’une tunique blanche. L’entrée et dans la continuité de la rue et je cherche une réception que je ne trouverais pas ! Je croise le chemin d’un premier Thaï auquel je demande à voir Puky (qui est le nom de la personne avec qui j’ai échangé des mails avant de venir) et vu son air ahuri j’ai l’impression de lui avoir demandé de réciter l’alphabet chinois à l’envers. Il faudra 10min et 2 personnes supplémentaires avant qu’on me conduise à cette fameuse Puky. Son accueille sera très chaleureux et avant que je profite de sa clim, elle me propose de partir visiter le temple.

L’enceinte est étonnamment grande en fait, il y’a plein de bâtiments et beaucoup de monde, tous Thaïs évidemment. On s’attardera sur le Ubosot hall qui est la salle de prière du monastère. Il y’a un grand Bouddha érigé au milieu de la pièce et je suis fasciné par l’énergie et le silence qui y règnent. Les genoux et les épaules doivent êtres couvertes et on y rentre pieds nus, sans faire de bruit. Puky m’explique qu’à chaque fois qu’on s’adresse à Bouddha pour prier il faut s’incliner 3 fois avant et 3 fois après en guise de respect. Je me rend vite compte qu’il y’a beaucoup de discipline et que j’ai beaucoup à apprendre !!

≈  8 Préceptes  ≈

P1010389On va tout de suite rentrer dans le vif du sujet car après la visite Puky me conduit à la réception du monastère (qui existe bel et bien !!) où on me donnera un livre de prières, un badge et 3 tuniques blanches à porter à tout moment (le blanc et synonyme de pureté et permet de différencier les résidents du temple des simples visiteurs qui sont justes de passage pour quelques heures). Me voilà donc dans le vif du sujet, portant fièrement mon nouvel ensemble !

P1020053Après avoir atteint des hauteurs, mon enthousiasme va faire une chute vertigineuse quand je vais ouvrir le livre de prières à la première page… Il est écrit que les cloches sonnent à 3h30 du mat’ !!! En règle générale c’est  plutôt l’heure à laquelle je vais me coucher mais bon, ça ne devrait être qu’une formalité.. Je continue à lire le programme et je vois qu’à 9h15 on va chercher le repas à la cantine. Je finis par découvrir que l’extinction des feux est à 21h et je demande alors à Puky à quelle est l’heure on dîne car ce n’est pas écrit. Elle me regarde en rigolant et me dit qu’il n’y a qu’un repas par jour !!

P1020052

WHAAAAAAT?!? Des palpitations et des sueurs froides parcourent mon corps, je ressens déjà la sensation de faim qui, je le sais d’avance, ne me quittera pas pendant 10 jours… J’ai le pressentiment que les choses vont êtres moins roses que je l’avait imaginé. Je préfère lui demander tout de suite si il n’y a pas autre choses que je dois savoir pour ne pas avoir d’autres surprises de ce genre. Elle me dit alors que je ne dois pas toucher les femmes ni même leur parler !! De mieux en mieux… Puis viennent les huit préceptes; il s’agit d’un serment que l’on doit faire en présence d’un moine et devant Bouddha par la même occasion lorsqu’on désire résider dans un temple. Les voici :

1 / Je m’engage à renoncer de tuer, blesser ou faire du mal à tout être vivant

2 / Je m’engage à renoncer de prendre consciemment quelque chose qui n’est pas à moi (voler)

3 / Je m’engage à entretenir une complète chasteté, ce qui signifie pas de sexe avec moi-même ou tout autre personne (ils ne parlent pas des animaux mais je ne pense pas que ce soit autorisé !!)

4 / Je m’engage à ne pas mentir, jurer, utiliser des mots injurieux ou parler en mal d’autres personnes (commérages)

5 / Je m’engage à renoncer à toute utilisation d’intoxicants, drogues ou alcool, incluant cigarettes ou cigares

6 / Je m’engage à renoncer de manger après midi ou avant le lever du soleil

7 / Je m’engage à renoncer de chanter, danser, jouer de la musique, regarder des shows télévisés et de porter des bijoux, du parfum ou tout autre chose qui mettrait en valeur le corps.

8 / Je m’engage de renoncer à l’utilisation de lits luxueux ou en hauteur.

Voilà voilà. C’est marrant parce qu’au fur et mesure que je les lisais, je me rendais compte qu’il y’avait un peu de moi dans chacune de ces règles ! Je comprend que ça ne va pas être du gâteau et que je dois vite me préparer psychologiquement. Ah et juste pour info les moines ont plus de 200 préceptes à respecter !!

Pour terminer ce chapitre, je finirais par vous montrer ce qui me fera office de lit pour ces prochains jours; une planche de bois. Entourée de plein d’autres planches en bois !!

≈  L’heure est à la priére  ≈

Tous les jours, avant chaque séance de méditation et avant le 18072823_10212966888986006_1153760232_nrepas (qui sera d’ailleurs pour moi le pire moment de la journée car après avoir attendu 24h pour manger, le coup de la demi-heure de prière avec son assiette qui est pleine en face de soi sans qu’on puisse y toucher, je considère ça comme du sadisme !!), un des moines du temple guide une séance de prières chantées. Ayant en mémoire les longues18073246_10212966888385991_1178858748_n attentes pendant mon enfance à devoir supporter les chants d’église lors de mariages, messes ou autre, j’avoue que je ne suis pas emballé à l’idée de devoir suivre 2h de prières Thaï tous les jours !! Les séances se passent dans le Ubosot hall et finalement je m’en accommoderais allègrement car le fait de ne pas comprendre ce qu’ils disent et la sonorité des chants en font des moments fascinants qui méritent d’être vécus.

Pour avoir une idée voici une vidéo :

≈  Méditation  ≈

P1010474

Je découvre, à peine 2h après mon arrivée la marche méditative. Je ne l’avait jamais pratiquée auparavant mais je me rend au Laun Tham (endroit sacré en Thaï, on doit y marcher pieds nus) où a lieu la séance pour voir de quoi il s’agit. Au préalable Puky m’avait P1020061dit de bien faire attention d’aller du côté des hommes car la mixité est interdite
au sein du temple. J’y vais donc, tout de blanc vêtu et quand j’atteins le Laun Tham je me rend compte qu’il y’a que des femmes !! Gros moment de solitude, je me sens comme un cheveu dans la soupe et j’attends 10min qui me paraissent interminables… Tous les regards sont posés sur moi naturellement et les femmes ne comprennent pas ce que je fais la (moi non plus d’ailleurs !). Gêné, je me résous à quitter les lieux quand une bande sonore retenti et quelques instants plus tard tous les hommes débarquent.. Je me mêle à eux et l’un d’entre eux, Kin (qui deviendra mon meilleur pote au temple et qui P1010428est l’un des seuls à parler anglais), m’explique les bases de cette pratique de méditation. En gros il faut marcher lentement, très lentement et décomposer chaque pas en 4 temps (1- décoller le talon, 2- lever le pied et le garder en suspension, 3- toucher le sol avec la partie avant du pied, 4- déposer le talon) tout en se concentrant sur les parties du corps que l’on met en mouvement et sur les sensations que le touché du sol procure. Tout un art ! Après quelques séances je prendrais le plis et ça m’aidera à détendre mon corps, meurtri par les conditions dans lesquelles il n’a pas l’habitude d’évoluer.

J’avais déjà fait un peu de méditation assise dans le passé et pour ceux qui ne le savent pas, le but principal est de se concentrer sur sa respiration (en tout cas dans la pratique de la méditation Vipassana).P1010516 Il faut réussir à détendre son corps, stopper toutes les pensées qui parasitent notre esprit et simplement observer sa respiration, inspirer, expirer, inspirer, expirer… Ça parait facile comme ça mais c’est quelque chose dont est pas du tout habitué dans la vie courante, on est toujours occupé à penser à ce qu’on a mangé la veille ou à notre prochaine destination de vacances. Le but est donc de se concentrer sur l’instant présent et de faire abstraction de tout le reste afin de mettre son corps et son esprit en adéquation. Ça demande évidemment des heures et des heures de pratique avant d’arriver à un résultat intéressant et au début c’est franchement galère !! P1010468Il m’aura fallu plus de deux jours avant de vraiment réussir a me concentrer.. Avant ça tout était bon pour me déconcentrer, la fatigue accumulée, la planche en bois qui me détruit le dos, la douleur dans les jambes due aux heures interminables passées accroupi par terre… Du coup pendant les 5h de méditation quotidienne, je passe en revue toute ma vie et tout y passe ! Pendant ces 3 jours à Wat Sanghatan je fais une totale introspection sur ma vie, de mes échecs à mes plus grandes fiertés, de ce qui me fait peur à ce qui me rend heureux, de ma vie professionnelles à ma vie sentimentale, bref tout y passe. Et une personne que j’ai rencontré le premier jour de mon arrivée va pousser le bouchon encore un peu plus loin…

≈  Le docteur  ≈

Il se fait appeP1010541ler le docteur, non pas parce qu’il l’est de profession mais en référence à sa grande connaissance du bouddhisme, de la physiologie et de la psychologie humaine. C’est un petit bonhomme tout frêle d’une cinquantaine de kilos, pas plus haut que 1m60, vieillit par plus de 80 années passées sur cette Terre. On part s’asseoir sur un banc au milieu d’un jardin zen pour commencer notre dialogue méditatif. Il débute et me parle avec sa voix tremblante des fondements du bouddhisme en me racontant quelques histoires sur Bouddha.

On part ensuite sur des questions existentielles et il m’expliquera que le but final de la pratique de la méditation est d’atteindre une pleine conscience et une claire compréhension de tout ce qui nous entoure. Comprendre que dans la vie tout est impermanent; et donc que le fait de s’attacher à des objets, des personnes, des sentiments ou des sensations nous mènera forcément à de la souffrance lorsqu’on en sera séparer. Il m’explique que lorsque notre esprit P1010395est intégralement dans l’instant présent, il nous est possible de faire disparaître la souffrance. Il prendra l’exemple du sentiment de la colère; jusqu’à ce qu’il s’apaise, on souffre psychologiquement car on ressasse la raison pour laquelle on est rentré dans cette rage. Mais en étant pleinement conscient de cet état psychologique, on est capable d’observer ce sentiment, de comprendre ses causes, et en sachant qu’il est impermanent de le faire disparaître. Vous l’aurez compris les échanges que j’ai eu avec le docteur sont très profondes et spirituelles; je ne m’étendrais pas trop à ce sujet car il est difficile pour moi de transmettre ce qu’il m’a enseigné. Quoiqu’il en soit, il m’a permis de considérablement ouvrir mon esprit et d’orienter mes questionnements intérieur.

≈  Wat Pa Lanwa  ≈

P1020025Je pars avec Puky à l’aube de mon 4 éme jour à Wat Sanghatan avec l’impression d’y avoir séjourné 2 semaines !! Notre destination est un autre temple (Wat Pa Lanwa) dont elle m’avait parlé lors de mon arrivée; je me suis dis que ça pouvait être bien de changer de l’air pollué de Bangkok pour quelque chose de plus nature. C’est un tout petit monastère en P1020027construction (en attendant la fin des travaux un hangar fait office de temple), perdu dans les montagnes, dans la province de Chonburi. On y arrive donc le 13 avril au petit matin et ça tombe bien car c’est le jour de Songkran, le nouvel an Thaïlandais. Et on peut dire qu’ils savent faire la fête les Thaïs !! En gros pendant 3 jours tout le monde sort dans la rue, s’asperge d’eau et de peinture au rythme des feux d’artifices…

≈  Songkran  ≈

On a droit à un super accueille et à ma grande surprise je découvre qu’il y a 8 moines novices, des enfants âgés de 10 à 15 ans qui apporteront beaucoup de fun à ce contexte censé être super sérieux. Il y’a aussi un allemand nommé Thomas (qui réside au temple et qui souhaite devenir moine) avec qui j’aurais de longues et intéressantes conversations. P1010591J’assiste admiratif à la célébration traditionnelle de Songkran pendant laquelle les gens versent à tour de rôle de l’eau parfumée sur les mains des moines pour que ceux-ci leur donne leur bénédiction pour l’année à venir. Après donc avoir été béni pour cette année 2560, je m’en vais en ville avec Puky et une amie à elle pour fêter ce nouvel an d’une manière un peu plus contemporaine… Et l’ambiance qui nous attend là bas est tout autre !! C’est du grand n’importe quoi, tout le monde est équipé de pistolets à eau et personne n’est épargné. On s’étale aussi une espèce de pâte de plâtrée sur le visage pour je ne sais trop quelle raison. Les gros pick-up de luxe sont de sortis et les kékés du tuning ne se gênent pas pour balancer les watts de leur grosse sonno qui crache de la bonne électro commerciale. P1010612On se prête au jeu et on arpente la rue, trempés et enduis de plâtre après seulement quelques secondes. Tout le monde s’éclate et je sens qu’il ne faut pas qu’on s’éternise trop car tous les 10 mètres des groupes de mecs bourrés et de filles en T-shirt mouillé m’interpellent pour que je me joigne à leur débauche. Je me sens comme happé par tout ces vices et je réalise qu’il en faut peu pour m’y redonner goût…

Quelques clichés de la célébration de Songkran au temple :

≈  Pindabat  ≈

P1020003
Voici ma chambre sans lit.

La vie dans ce temple est bien plus agréable mais moins intense que dans le précédant. On se lève toujours à 3h30 du mat’, on ne mange qu’une seule fois dans la journée et on ne dort toujours pas dans des lits douillets (à vrai dire j’ai troqué ma planche de bois pour du carrelage !!) mais l’après-midi on a quartier libre; ce qui me permettra d’aller méditer dans la montagne et de jouer avec les enfants, qui sont en fait bien plus tumultueux que je l’avais imaginé. Ces petits padawans sont sous la tutelle du moine Lhampi Josh qui est l’incarnation de Mace Windu (le Jedi joué par Samuel El Jackson dans Star Wars).
Dés mon arrivée au temple, j’ai été impressionné par le charisme dégagé par ce moine; et j’apprendrais par la suite qu’il a été champion de Muay-Thai (la boxe thaïlandaise) dans le plus gros stade de Bangkok (le Lumpinee Stadium) avec 60 combats au niveau professionnel au compteur dont 50 gagnés, rien que ça ! Et il est devenu moine !! Ça m’impressionne et je resterais marqué par la scène du repas quotidien où les enfants devaient attendre le signal de leur professeur pour pouvoir commencer à manger. Taquin, c’est le sourire aux lèvres que l’ancien boxeur prendra son temps avant de faire un bref hochement de tête pour leur donner le feu vert.

P1020019
Lhampi Josh a droite sur la photo
P1020006
La marche matinale rythmée par l’aboiement des chiens

Les matins à Wat Pa Lanwa seront animés par le Pindabat. C’est une tradition ancestrale et quotidienne pendant laquelle les moines vont chercher les donations des habitants du village. En effet, les temples ne sont alimentés en nourriture et ne sont entretenus que grâce à la charité de la population; et c’est impressionnant de voir tout ce que les gens donnent. Vivant avec un salaire moyen ne dépassant pas 300€, ils offrent argent et nourriture au temple sans  retenue ni contrainte.

PindabatJe me joindrais donc tous les matins à la longue marche silencieuse de 2h vers le village visant à récupérer ce qui allait nous nourrir quelques heures plus tard. Marquées par le respect avec lequel les gens déposaient leurs offrandes dans le bol des moines, ces processions me prouveront à quel point on a beaucoup à apprendre de cette population unifiée par leur générosité.

≈  Conclusion  ≈

A la question du docteur je pense avoir trouvé quelques éléments de réponse pendant ces 9 jours d’immersion qui ont dépassés tout ce que j’avais pu imaginer. Je ne pense pas avoir fait ça dans le but de relevé un défi ou de prouver quelque chose; je l’ai fait pour me remettre en question, m’interroger sur mes choix de vie, les comprendre et les assumer. Mais cette introspection a aussi été une expérience humaine qui restera à jamais gravée dans ma mémoire grâce à des rencontres formidables et à la découverte d’une culture que je connaissais finalement que trop peu.  P1010633Les souffrances physiques et morales du début de l’aventure ont laissées place à une quiétude de l’esprit qui n’a pas de prix. L’apprentissage et la pratique de la méditation m’ont permis de me redécouvrir et ainsi de comprendre certaines de mes émotions ou sentiments que je ne savais pas expliquer avant cela. La complète privation de certaines choses m’ont amenées à plusieurs conclusions : la consommation de la cigarette ou de l’alcool est pour moi uniquement liée à un facteur social et non à un besoin car je n’en ai ressenti aucun manque; le confort d’un lit douillet et l’utilisation du smartphone sont des besoins secondaires que nous avons transformés en besoins primaires et qu’il est très facile de se passer; par contre le manque de sexe et la faim sont plus difficiles à gérer car plus primitifs. J’aurais été marqué aussi par les repères temporels qui sont totalement bouleversés, tous les jours à 10h j’avais l’impression qu’il était 17h et après ces 9 jours au temple, j’ai l’impression d’y avoir passé 1 mois !

Il est surprenant aussi de voir à quel point notre esprit revient vite à la réalité et au monde de la consommation, tout le travail psychologique entreprit pour le restreindre peut se volatiliser rapidement si on se laisse rattraper par ses péchés…

Si vous aussi vous souhaitez vivre cette aventure hors du commun et que vous n’avez pas peur de perdre quelque jours d’actualité Facebook, vous pouvez contacter Puky sur cette adresse mail : vimokkha@hotmail.com . Elle est très sympa et saura vous aider dans votre route vers la pleine conscience.

This slideshow requires JavaScript.

4 Replies to “En route vers la pleine conscience [ FR ]”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s